Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

Faut-il, oui ou non, compter les calories ? Voilà un grand débat qui a élu domicile dans mon esprit depuis quelque temps. Je me suis beaucoup demandé si je devais faire apparaître le détail nutritionnel et calorique de mes recettes ou non. Si cela n’allait pas à contre-sens de ce que suppose le titre du site, à savoir une alimentation « intuitive ». Finalement, j’ai pensé que ce serait le sujet idéal pour le premier article de ce site, afin de poser les bases ! Alors voici quelques éléments de réponses qui, attention, ne reflètent que mon avis !

COMPTER LES CALORIES ? OUI, POURQUOI ?

C’est avant tout un point de repère pour beaucoup de personnes. Aujourd’hui on est complètement déconnectés de notre alimentation. On ne connait pas le poids calorique des aliments, on ne sait pas comment poussent les légumes qui atterrissent dans notre assiette, on ne différencie pas les saisonnalités des fruits et légumes, on oublie que la viande est un morceau d’animal. En fin de compte, on ne connait pas vraiment ce que l’on mange, que ce soit son origine, son mode de fabrication, sa composition nutritionnelle. Attention, je ne jette pas la pierre aux
individus mais à l’industrie alimentaire qui a organisé cette déconnexion que nous pouvons aujourd’hui observer face à notre assiette.

Alors, lorsque l’on veut « réapprendre » à manger « bien », compter les calories me semble être un repère dont certains pourraient avoir besoin, et parfois un bon point de départ pour modifier son alimentation en apprenant à reconnaître le profil calorique des aliments. Selon moi, c’est une première étape vers une alimentation plus intuitive. Avant d’écouter son corps et ses signaux de faim, il est bon de savoir, en toute conscience, ce qu’on va lui donner pour se nourrir ! C’est un peu comme les petites roues stabilisatrices des vélos d’enfant. On en a besoin au début, pour apprendre, puis on s’en débarrasse quand on n’en a plus besoin.

COMPTER LES CALORIES ? NON, POURQUOI ?

Je suis, pour ma part, plutôt contre l’idée de compter les calories. Et ce pour plusieurs raisons. Compter les calories reflète beaucoup la stratégie des régimes : on se fie à des chiffres plutôt qu’à nos sensations. Pire, on se fie aux calories plutôt qu’aux nutriments. Et pourtant ! Un goûter à 100kcal qui ne provient que de biscuits sucrés sera bien moins bon, nutritionnellement, qu’un goûter à 100kcal issues d’une tranche de pain avec un peu de fromage. En comptant les calories on oublie l’essentiel : une alimentation saine est une alimentation nutritivement intéressante.

Ensuite, compter les calories aura de grandes chances d’impliquer une forme de restriction. Car, pour ne pas dépasser nos besoins caloriques, on se privera sûrement de cette petite gaufre au chocolat ou de cette tranche de saucisson qui nous fait tant envie à 17h ! Or, qui dit restriction dit frustration, et qui dit frustration dit craquages ! C’est toute la logique problématique et involontaire des régimes. En faisant cela on brouille totalement notre réceptivité aux signaux qu’envoie notre corps. Un cercle vicieux qui rend l’apprentissage d’une « bonne alimentation » encore plus difficile.Car ce circuit restriction-frustration-craquage est décourageant et perturbant.
Il peut, par ailleurs, fragiliser des personnes qui se sentent déjà vulnérables sur le plan de la confiance et de l’image de soi. On peut donc penser que cette stratégie de comptage, bien innocente de prime abord, pourra dans certains cas découler lentement et insidieusement vers des comportements anorexiques (arrêt de l’alimentation), boulimique (alimentation compulsive et excessive) ou encore orthorexique (obsession d’une alimentation saine).

EN CONCLUSION, ON FAIT QUOI ?

Voilà pourquoi le comptage des calories est un sujet épineux. Il paraît bien anodin de prime abord, mais en se penchant un peu plus dessus on s’aperçoit qu’il révèle des incidences psychologiques et comportementales non négligeables !

Pour ma part, je n’encourage pas le comptage des calories. Mais je comprends que certains ont besoin de ce repère pour comprendre leur alimentation.

C’est pourquoi j’ai décidé de faire apparaître les informations nutritionnelles de mes recettes. Mais j’encourage tout le monde à prendre en compte les calories avec beaucoup de recul et à comprendre qu’il ne s’agit que d’un élément finalement peu représentatif de ce qu’est une alimentation saine. Disons que c’est une bonne initiation à la nutrition mais qu’il faut aller plus loin et si l’on veut se fier à des chiffres, alors tournons-nous vers les nutriments ! Les calories = les petites roues stabilisatrices des vélos d’enfant.

Enfin, j’encourage toute personne qui ne se sent pas à l’aise dans son corps et dans son assiette, à réapprendre à écouter son corps pour manger plus intuitivement. C’est une notion bien abstraite qui, dit comme ça, nous laisse un peu dubitatif. Cela fera l’objet d’un prochain article, afin de développer un peu plus les tenants et aboutissants de l’alimentation intuitive !


Marine BONI, diététicienne-nutritionniste à Nantes
2 rue Colbert, 44000 Nantes
Tél: 07.80.96.43.01

Mail : marineboni.dietetique@gmail.com

N°ADELI : 449504513
N° SIRET : 88822799800018

Laissez votre avis